mercredi 22 février 2017

Total jazz

L'affiche de la 34ème session du festival de jazz en Seine Saint Denis

par Blutch

On arrête tout !!!!

La bande dessinée de Gébé est publiée dans Politique hebdo, puis dans Charlie Mensuel et Charlie-Hebdo. Une adaptation cinématographique voit le jour le 22 février 1973.

Pichard et Wolinski : Paulette #5 p10

mardi 21 février 2017

Les grands espaces

Ça alors ! Rossi chez Maghen !!! Très très étrange...

Mais ce sera l'occasion de voir de belles grandes illustrations de cet extraordinaire artiste.

Lecture de 2017 -4

Francisco : Des espaces vides (2017 - Delcourt / Mirages)
Y a des bijoux dans cette collection... que je suis pour ça. J'ai pris le risque du jour pour ça, ne connaissant pas du tout l'auteur. Au feuilletage, le trait m'a assez vite séduit. Malheureusement, cette histoire ne se prête pas du tout au format (petit) de la collec. Les détails, le trait fin... perdus ! Et la mise en couleur efface les reliefs, les ombres... les pages nocturnes en deviennent illisibles.
J'ai mis trop longtemps à lire l'histoire pour être emporté, un peu paumé entre les générations (on va à l'enterrement du père ou du grand-père) et les lieux (il vient de Barcelone... mais il était pas en Finlande ?). Je suis resté sur le bord de la route. Pourtant j'aurais aimé en savoir plus sur la CNT, sur la vie des républicains de retour après la victoire de Franco.

Cailleaux d'après Giraudeau : R97, Les hommes à terre (2008 - Casterman) 
J'ai attendu très longtemps avant de lire ce bouquin. Je n'y croyais pas trop, et je me trompais. C'est un bon bouquin.
Un livre de voyage, un carnet de vie. Et le beau dessin de Christian Cailleaux.

De Poortere : Le fils d'Hitler (2009 - Glénat / 1000 feuilles)
Dickie, c'est souvent assez drôle, mais là bof. Très court, avec assez peu de surprise... des gags sur 2 pages sans chute rigolote... parce que l'ensemble forme un récit. Mouaif.

Nine Antico : Girls don'y cry (2010 - Glénat / 1000 feuilles)
Rien à voir avec une BD girly. La jeune Pauline nous entraine dans les affres de sa vie quotidienne... faites de relations, de paraitre, de choix... avec un ton hyper juste, un trait vachement sympa, et très original. J'ai lu d'autres trucs de cette auteure, mais rien d'aussi bien.
Bon, on n'a pas le droit de dire girly, ni auteure. Alors je vais m'astreindre à le dire.

Spirou #4111 à 4115
L'aventure du Spirou de Schwartz se termine... et c'est pas demain qu'on aura droit a un trait qui swingue autant. Au contraire : le marsu de Batem & Colman redémarre. Et Magic 7 !! Et Yoko Tsuno ! Je vous raconte pas le #4114 où ces 3 séries occupent tout l'espace, accompagnées des femmes en blanc... Direct en réa !
Marzi nous fait un faux départ... c'est con. Le n° d'Angoulême est gavé de Mastodonte... c'est moyen (il n'est pas très bon Toulmé, non ?). Le n° du mercredi de la sortie de Seuls au ciné y fait un peu référence. Les pages de l'année Gaston rejoignent les rubriques sympas. Et le #4115 est un spécial Gaston, ouais, sympa.

Fluide #489
Décidément,j'aime bien ce qu'est devenu ce mensuel. L'histoire de Mo/CDM qui montre le paradoxe des riches de plus en plus riche (trop riche pour tout dépenser) est assez drôle. Mondo reverso, Poussin bleu et Vieille peau continuent avec bonheur. Berbérian pour une fois ne m'agace pas avec sa petite respiration graphique. Les gags en une page Le ranche, Le jour où... et Pete Best me plaisent beaucoup. La Vieille peau de Pochep mais surtout Scott McCrawd me ravissent.

De l'autre pays de la BD

VanO, comme tout bon dessinateur hollandais, a descendu du Mickey.
Mais il est aussi (surtout) l'auteur de Rhonda, distribué ici par BDMust. C'est super beau... et à chaque fois qu'il s'agit de BD de ce coin là : j'ai du mal à rentrer dedans... Mais c'est beau.

sur hmr le 27 mai 2012

Le mystère de la malédiction

Il y a 140 ans naissait Jean Capart, un éminent égyptologue belge.

L'égyptologue en BD, c'est le Docteur Grossgrabenstein dans La grande pyramide de Jacobs... et Jacobini, donc, dans Les cigares du Pharaon. Mais il est un autre ethnologue dans Les aventures de Tintin : le professeur Bergamotte, qui a un air de ressemblance avec Grossgrabentruc et Jean Capart.

Bergamotte apparait dans Le soir du 27 mars 1944 et Grosgramachin dans le tintin belge n°37 du 14 septembre 1950.

Bergamotte est cligné ici :

par Juillard & Cothias et Dartigues

et Grosbidule là :

par Jivarol & Goux et Franky boy

lundi 20 février 2017

Heaven !!

Ainsi le "papa" de Blake et Mortimer rejoint le "paradis" des dessinateurs...

Ploeg in Hello BD #40

Dernière soirée au petit bois des pauvres

C'est marrant : je suis nostalgique d'une période que je n'ai pas connu... juste aperçu au dessus de l'épaule de mon père. Jacques Martin, Paul Cuvelier, Edgar P. Jacobs : des auteurs incomparables. Mais à l'époque où je lisais tintin, ce qu'ils faisaient n'était pas terrible terrible.

Jacobs tient une place particulière sur ce blog, puisqu'il en est le parrain involontaire : son corps sans vie, sous la main d'Hergé, en a illustré le premier article.

Il y a 30 ans :

Alloing et Rodolphe : La marque Jacobs p102

dimanche 19 février 2017

samedi 18 février 2017

L'honneur perdu du samourai

Dans la revue inutile "Pandora", vous avez pu admirer... euh... voir la planche de Blutch adaptée d'une aventure de Michel Vaillant :

Blutch in Pandora p24

Le carnaval de Venise

Hugo Pratt, c'est un style jamais égalé. Jamais vraiment imité non plus... Pellejero a su garder le sien dans cet exercice casse gueule.

Domecq, Chicou et Picault

Le plus simple, c'est de se déguiser en Corto... ça fait illusion, et on ne donne pas le flanc aux critiques.

Resnais : I want to go home (1h12'50'')

L'hommage de Baru n'est pas une reprise, mais vaut mille fois mieux : il y a Baru, Pratt, et l'amour de l'un pour l'autre.

Carrère, Baru et Libon